METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· M-I sur Google+
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
· M-I Skin Firefox
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· DYSLESIA (FRA) …
· LESSEN (FRA) - …
· GLOOMY EMBODY A…
· NECROPHAGIA (FR…
· MARTYR (ca) - F…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· IRON MAIDEN (uk…
· CALIBAN (de) - …
· SHINING (no) - …
· KREATOR (de) - …
· HELLFEST OPEN A…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 76 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

NIGHTSLUG (usa) - Loathe (2015)








Label : Lost Pilgrims Records
Sortie du Scud : 9 juin 2015
Pays : Allemagne
Genre : Sludge Noisy
Type : Album
Playtime : 7 Titres - 31 Mins





Comme on dit, "un chasseur sachant chasser doit pouvoir chasser sans son chien". Ou, "comment reconnaître un bon chasseur ?".
Débat animé, sketch, comme vous voulez, mais il doit y avoir des réponses à tout ça. De même, par extension: comment reconnaît on un bon groupe de Sludge ?
Parce que frapper tous azimuts sans réfléchir, écraser l'ambiance pour la faire ressembler à du macadam d'autoroute ou secouer les pierres d'une grotte pour la faire s'écrouler sans réfléchir aux conséquences ne sont pas les bonnes méthodes.
Pilonner oui, faire trembler les murs oui, mais pour en arriver où ?
Je ne sais pas si les allemands de NIGHTSLUG ont réfléchi à cette problématique, mais leur second longue durée semble pourtant être le résultat d'une concertation sur la pertinence d'un style extrême qui exige une éthique et une implication totale.

La réponse en est donnée partiellement par un titre qui ne fait ni dans la nuance ni dans l'empathie. Loathe, détester, c'est un intitulé qui colle à merveille aux sept pistes de cet album qui ne tolère ni lumière, ni sourire, ni quelconque forme d'empathie.
Loin de leurs débuts hésitants et encore peu domestiqués, les allemands de NIGHTSLUG ont enfin appris à maîtriser leurs ardeurs, à canaliser leur colère et leur nihilisme, pour lui donner l'impact qu'il mérite, et cet impact aujourd'hui à pris de proportions dantesques.
La haine est un sentiment somme toute assez naturel chez l'homme, mais le trio a enfin réussi à l'illustrer en musique, tout en gardant un certain respect pour ses fans potentiels. Loin d'un bruit sans intérêt et d'une démarche vaine dès le départ, Loathe accumule l'énergie, la restitue brute, et assomme, percute, mais reste pourtant figée sur une position ferme.
Lourd, étouffant, moite, la strangulation en guise de communication atonale, et surtout, un gigantesque point de convergence entre Sludge, Doom, Indus, Post et... fin de l'analyse.

Pensez simple, mais pensez bien. GODFLESH, FETISH 69, UNSANE, et les SWANS des premières années s'en vont compter fleurette à des non initiés, pour les persuader que l'union fait la force. Pour cela, ils dénichent trois musiciens porte parole, leur soufflent à l'oreille quelques conseils bien sentis (basse énorme en avant, guitare sourde noyée dans les fréquences, batterie monolithique à la frappe constante et gigantesque), les enferment dans un local de répète moisi, et attendent que la gestation de l'idée arrive à son terme. Quelques mois plus tard, Loathe naît de cette impulsion, et met en pratique les astuces suggérées plus ou moins directement par ces influences. Nous y sommes, le contexte est placé, ne reste plus qu'à tenter une écoute qui assurément, va faire très mal aux oreilles et à l'utopie d'un monde meilleur.

Loathe, c'est un peu la façon d'appréhender un NYC Noisy Core, versant Sludge US, avec un regard foutrement Punk qui se moque de la bienséance.
Et "Vile Pigs", outre son titre méprisant, lorgne déjà vers la grosse pomme avec sa basse qui gronde sur fond de samples fermement énoncés. La guitare prend soudainement de la place, pour lâcher un riff énorme, avant que la voix ne trouble le duo bien huilé. On ne parle plus de production, mais de ponçage pour rendre le tout encore plus irritant, et parfois, le son est si compact qu'une seule énergie semble émerger, au détriment de l'identité de chaque musicien.
Cette constatation est particulièrement pertinente sur le monstre "The Thrill Is Gone : Repulsion" que Justin Broadrick aurait pu placer sur le dernier et séminal GODFLESH (basse hypnotique, régularité des mouvements, globalité sourde comme un cri qui se perd dans l'écho, pesanteur extrême qui écrase tout sur son chemin), et qui déborde des enceintes comme de la lave en fusion, un peu dans le style d'exagération à la Antibody des FETISH 69, version encore moins complaisante.

Mais "Disease" malgré ses rares instants fugaces de silence à peine troublé par quelques larsens, peut rivaliser de misanthropie ultime, avec sa longue et très lente progression vers un chaos de bruit mat que rien ne semble pouvoir arrêter.
Tout ça pourrait passer pour un schéma global à la récurrence inaliénable, si "Pure" et son clin d'oeil à Justin ne venait troubler le tout d'un mécanisme inhumain (dans le sens de privation de toute forme d'humanité). Penché sur une rythmique circulaire et tribale, la guitare se contente d'émettre quelques signes radio, laissant les incantations reposer sur une forme stable et en boucle, à peine surplombée d'une voix de plus en plus lointaine... Final en feedback grondant, bruit intense et plein, et... fin.

En mid tempo, impossible de pas entrevoir en "Loathe" une adaptation moderne des délires urbains d'UNSANE, avec même un semblant de mélodie dans le riff. Quant à "Under The Bane" qui se permet enfin un tempo qui décolle, le résultat est le même, le bruit comme moteur, la stridence comme leitmotiv, la douleur comme exutoire.

En concentrant leur énergie négative, les NIGHTSLUG ont réussi la synthèse entre la colère la plus sourde, l'expression primale la plus noire, et Loathe, fruit de ces expériences n'est rien de moins qu'une énorme puissance retenue à la bride, enfermée dans une capsule, qu'un souffle menace à tout instant de briser.
A ce niveau de pureté bruitiste, les étiquettes ne servent plus à rien, et contentez vous de retenir les noms d'influences cités. Ils sont pertinents, d'importance, mais après tout, les Allemands ont aussi maintenant droit de parole.
Car en deux albums, ils ont fait franchir à la violence instrumentale un énorme palier. En écoutant Loathe, vous comprendrez que la vie n'est pas belle, et que quoi qu'il arrive, vous êtes seul, et que vous ne pouvez pas lutter contre cette haine qui vous déchire les entrailles.

Thérapie inversée. On peut tout détester, mais le montrer de cette façon est d'une impudeur rare.



Ajouté :  Mercredi 02 Novembre 2016
Chroniqueur :  Mortne2001
Score :
Lien en relation:  Nightslug Website
Hits: 1856
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des CD Reviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 24/11/2017 à 01:03:06 en : 0,1943 secondes
| © Metal-Impact (2001-2016) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar