METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· M-I sur Google+
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
· M-I Skin Firefox
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· BRAND NEW SIN (…
· HELL MILITIA (F…
· HOLLOW CORP. (F…
· BETRAYED HEAVEN…
· OPETH (se) - Pe…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· THE DEVIN TOWNS…
· SATAN JOKERS (F…
· ANATHEMA (uk) -…
· ARCH ENEMY (se)…
· PSYKUP (FRA) - …
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 77 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

RAJNA (FRA) - Jeanne et Fabrice (Juin-2004)


Le Metalleux à, je pense, dans son ensemble l'esprit ouvert et c'est pourquoi nous nous sommes intéressé à la musique ethnique et au voyage spirituel que nous propose Rajna avec leur cinquième album "Hidden Temple".

Line-up
: Fabrice (santoor, percussions, synthé...), Jeanne (chant)

Dicographie : Ishati (Album - 1999), Ishati (Album - 1999), The Heady Wine of Praise (Album - 2001), The Door of Serenity (Album - 2002), Hidden Temple (Album - 2004)



Metal-Impact. Vous en êtes à votre cinquième album mais j'aimerai tout d'abord que vous vous présentiez d'une façon inhabituelle car vous êtes un groupe "hors Metal"... Et Comment en êtes-vous arrivé à signer sur un label globalement dédié au Metal ?

Rajna. Nous avons débuté en 1998 et nous étions 3 à l'époque. Notre passion commune pour les instruments de musique ethnique nous a conduit à former Rajna.
C'est à la suite d'un concert du groupe français Ekova que nous avons vraiment eu envie de nous lancer et c'est avec Gérard, le troisième membre du groupe, que nous avons enregistré un premier album, "Ishati", sorti sur le label nantais Prikosnovenie. Ensuite, nous avons eu une proposition du label Holy Records, pour un contrat de plusieurs albums et nous l'avons accepté. Nos relations ont été exceptionnelles dès le départ et nous avons partagé avec toute l'équipe d'Holy Records des moments très forts.
Bien sûr, nous sommes un groupe "hors Metal" mais pourquoi être sectaire et avoir des oeillères ? Nous pensons que c'est une bonne chose de vouloir élargir le panel d'un label et de paraître à côté d'autres groupes, aussi différents de nous soient-ils...

MI. Aimez-vous le Metal, qu'en pensez-vous ?

Rajna. Nous connaissons assez mal le monde du Metal : seuls quelques noms nous ont marqués comme Metallica.
Nous avons plutôt une culture gothique à la base, notamment avec Dead Can Dance. Mais on aime beaucoup les groupes qui ont des tendances rock-prog comme Porcupine Tree qui est excellent ou les dernières productions de Marillion.
Le Metal est très complexe, avec des sous catégories : je pense au Black Metal... C'est un marché ascendant énorme.

MI. Votre musique est qualifiée de musique du monde ethnique, comment la définissez-vous ?

Rajna. Oui, c'est une bonne définition. Nous utilisons une myriade d'instruments du monde entier dans nos albums en passant de l'Inde à l'Afrique, au Tibet, à l'Australie ou encore à la Chine... Nous aimons les sonorités de tous ces instruments et ce qu'ils nous rappellent.
Rajna aime faire voyager ses auditeurs à travers les continents, en ce sens, c'est une réelle invitation au voyage. Mais, Rajna, c'est aussi le partage d'émotions et une voix en harmonie avec la musique.

MI. Sur quels critères sélectionnez-vous les instruments qui vous serviront pour créer votre musique ?

Rajna. En règle générale, nous commençons toujours avec notre instrument de prédilection : le Yang T'chin, un instrument en forme de trapèze possédant une centaine de cordes qu'il faut marteler. Cet instrument nous sert à poser les bases, puis, nous ajoutons les percussions, les autres instruments à cordes (oud, saz...) et les arrangements. A cela se mélange les parties vocales. C'est notre 1er jet.
Les instruments que nous choisissons sont fonction du pays qu'il évoque : nous utiliserons des tablas, de la tampura, du sitar... pour l'Inde. Nous emploierons des bendirs, des derboukkas, du oud... pour l'Afrique du Nord. Nous utiliserons des trompes tibétaines, des bols chantants, des cymbales pour le Tibet-Népal, etc.
Chaque pays et thème développé entraînent le choix de tel ou tel instrument et rien n'est laissé au hasard.

MI. Les voyages sont l'essence même de votre musique, quel à été le plus intense pour vous ?

Rajna. Oui, en effet, nous nous nourrissons de nos voyages pour créer : ce sont eux qui nous donnent la flamme de la création.
Le plus intense que nous ayons vécu est celui en Turquie, à Istanbul. En effet, cette ville a eu dès notre arrivée une impression très forte sur nous. Nous étions en osmose totale. Nous avons encore en nous les odeurs d'encens et de myre, les parfums du miel des loukoums et des pâtisseries, celui du marché aux épices... Et puis aussi ces somptueux édifices et cette grande richesse instrumentale : oud, kanoun, saz, ney... Istanbul est une ville très accueillante, pleine de vie et de jeunesse, de musique et de rencontres... Un vrai délice oriental.

MI. Présentez-nous votre dernier album, que cache ce temple ?

Rajna. Notre dernier album "Hidden Temple" est un hommage aux temples égyptiens que nous avons pût voir quand nous étions en Egypte, mais c'est également un hommage à tous les autres temples de la planète, hindous, bouddhistes... en souvenir des peuples qui les ont édifiés. En chacun de nous réside un temple caché...

MI. Quels sont les messages textuels, musicaux, etc. que vous avez voulu transmettre à travers cette oeuvre ?

Rajna. Le thème de cet opus est la recherche de soi-même, une sorte d'introspection. En chacun de nous se cache une partie de l'âme inexplorée, un temple caché, au sens spirituel bien sûr. Depuis plusieurs années, Rajna fait ce travail de recherche. Nous l'avions déjà commencé avec "The Door of Serenity". Nous pensons aujourd'hui avoir atteint notre but.
Bien sûr, "Hidden Temple" est aussi inspiré par les temples que nous avons eu la chance de visiter, notamment lors de notre dernier voyage en Egypte.

MI. Quels sont les hommages que vous avez voulu rendre dans vos textes à l'Égypte ancienne ?

Rajna. Nous avons rendu un hommage aux magnifiques temples et édifices d'Aswan et de Luxor. Nous avons essayé de faire ressortir une émotion telle que nous l'avions eu lors de notre voyage en Egypte, en visitant ces temples. Cette émotion se traduit à travers notre musique. C'est aussi un hommage aux peuples bâtisseurs de tous ces monuments intemporels.

MI. La voix est vraiment envoûtante et plus que jamais, comment avez-vous travaillée celle-ci sur ce disque ?

Rajna. Pour Hidden Temple, nous avons beaucoup travaillé les parties vocales, avec une idée précise de ce que nous voulions créer et apporter. Sans doute devenons-nous également de plus en plus perfectibles.
Mais c'est aussi les instruments utilisés qui ont inspirés le chant : pour vous donner un seul exemple, l'utilisation du doudouk sur "Hidden Temple" (titre 11) inspire immédiatement un chant très plaintif et mélancolique. En ce sens, les instruments guident la voix... La mélodie a également une grande importance : c'est ce qui définira le rendu final.
Sur ce dernier album, il y a eu beaucoup moins de place pour l'improvisation pure. Nous avons réalisé quelque chose de beaucoup plus recherché au niveau des mélodies, et le travail vocal a lui aussi été plus important. Ce fut une nouvelle façon de travailler pour cet album et nous sommes pleinement satisfaits du résultat.
La voix est un instrument à part entière qui se travaille et qui offre tant de possibilités. C'est toujours l'émotion qui guide la voix dans Rajna et qui prime sur la signification des mots. La voix est l'élément principal de Rajna, c'est ce qui fait sa spécificité.

MI. Un mot sur votre compilation d'inédits "From The Ashes" fournit dans le double CD Digipack ?

Rajna. L'idée de publier nos démos mûrissait en nous depuis plusieurs années. Notre producteur, Philippe d'Holy Records, nous a proposé de rassembler des démos de différentes périodes en un seul CD et de l'inclure en version limitée dans le concept d'"Hidden Temple". Nous pensons que nos fans en seront ravis. De part les cendres "From the Ashes" a vu le jour Hormis les 6 titres extraits d'"Iklesia" (cdr 1998, voir leur site en lien en bas d’interview), nous avons inclus des démos de nos albums allant de "Ishati" à "Heady Wine of Praise".

MI. Cinq albums, cela commence à devenir conséquent, avez-vous pris du recul sur votre carrière et quand pensez-vous ?

Rajna. Il est toujours difficile de prendre du recul sur sa propre carrière mais nous pouvons dire qu'il y a eu une évolution, un changement, après l'album "The Heady Wine of Praise" car nos 2 premiers albums nous semblent, avec du recul, plus sombres que les derniers. Notre troisième album "Heady Wine" a servi de transition. Le dernier et l'avant dernier sont, selon nous, beaucoup moins tourmentés. Ils apportent plus de sérénité et de quiétude.

MI. Que pensez-vous de ceux qui critiquent ou dévalorisent votre évolution musicale ?

Rajna. Nous pensons que la critique fait avancer et nous prenons les critiques comme un élément positif dans l'unique but de nous faire progresser. Tout le monde a le droit de s'exprimer et de ne pas aimer Rajna ! Cela dit, nous ne regrettons pas cette évolution.

MI. Cela doit être difficile de vous produire live, vous l'avez déjà fait mais comptez-vous reproduire l'expérience ?

Rajna. Nous produire live est un vrai casse-tête chinois mais nous l'avons fait en 2000 au Spendid de Lille. Ce qui n'est pas facile pour un groupe comme nous, c'est de trouver des musiciens qui manipulent les instruments ethniques tels le oud, le santoor ou autres car nous nous refusons d'utiliser des bandes en concert ! Il faut donc trouver des musiciens et ce n'est pas toujours évident.
Mais il faut également réussir à sonoriser plus de 20 instruments au total et là, c'est un boulot monstre pour les ingénieurs du son... Pourtant, nous l'avons fait et ce fut une expérience formidable.
Reproduire l'expérience devient un peu difficile car nous avons également une activité professionnelle et une vie familiale qui nous prend énormément de temps... Mais qui sait ?

MI. Parlez-nous du bonus vidéo "Kalos Irtes"...

Rajna. "Kalos Irtes" est un titre live enregistré lors de notre unique concert au Splendid de Lille en Mars 2000. Ce titre apparaît sur notre dernier album "Hidden Temple" et permet de visualiser Rajna sur scène. Cela donne une idée de Rajna sur scène.

MI. Quelle est pour vous la définition de la vie, de la spiritualité et de la musique ?

Rajna. La musique est au coeur de toutes les civilisations et elle est un langage universel. Elle est au centre de toutes les sociétés et a accompagné de tous temps les grandes civilisations. Elle est essentielle à la vie.
La vie ne doit pas être uniquement matérielle, elle doit s'efforcer d'accorder une place suffisamment importante à la spiritualité. La vie doit déboucher sur le monde de la création et du transfert des connaissances : elle doit transmettre de génération en génération les savoir-faire, les techniques, les savoirs. La vie ne devrait pas donner raison à la société du profit et de quantité mais devrait accorder une place plus importante à la raison, à l'observation et à la préservation des espèces. Vivre, c'est pouvoir profiter pleinement de ce que peut nous offrir ce monde sans pour autant en être dépendant car la dépendance crée la souffrance.
Vivre, c'est être libre.

MI. Je vous laisse conclure cette interview comme bon vous semblera...

Rajna. Merci à Metal Impact de nous avoir accordé cette interview. Nous avons eu un réel plaisir à y répondre.
N'hésitez pas à nous envoyer vos commentaires en ligne via notre site. Nous ne manquerons pas de vous répondre.
Nous souhaitons à tous un été plein de voyages, de rencontres et de mystères...


Ajouté :  Samedi 12 Juin 2004
Intervieweur :  Blasphy De Blasphèmar
Lien en relation:  Rajna Website
Hits: 14570
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des Interviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 26/9/2017 à 05:51:48 en : 0,1278 secondes
| © Metal-Impact (2001-2016) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar