METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· M-I sur Google+
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
· M-I Skin Firefox
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· TROPHALLAXY (ch…
· NAPALM DEATH (u…
· EDGUY (de) - Je…
· WE ARE THE OCEA…
· MONKEY3 (ch) - …
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· W.O.A WACKEN OP…
· SYSTEM OF A DOW…
· U.D.O (de) - Ra…
· MANIGANCE (FRA)…
· BEHEMOTH (pl) -…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 93 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

LUCA TURILLI'S RHAPSODY (it) - Luca Turilli (Mai-2012)


On ne présente plus Luca Turilli qui au fil du temps est devenu une légende. Guitariste et principal compositeur de RHAPSODY OF FIRE jusqu’en 2011, le bougre décide alors de s’envoler vers d’autres cieux après 19 ans de bons et loyaux services au sein d’un univers fantasmagoriques (le groupe s’est formé en 1993). Même si la séparation est amicale, elle ne fut pas simple pour autant, il est toujours difficile de quitter un navire que l’on a construit jours après jours au prix de nombreux efforts et sacrifices. Mais là où certains auraient mis un temps incommensurable pour réagir ou se seraient écroulés, le bon Luca n’a pas perdu une minute et s’est remis dare-dare au travail pendant de long mois d’une hallucinante créativité. Le résultat est tout bonnement exceptionnel car Ascending To Infinity, la nouvelle galette de Luca Turilli’s RHAPSODY s’avère comme une des meilleures surprises de cette année, un must qui fixe la barre très haute et nous fait déjà entrevoir une suite encore plus impressionnante. Alors que le vaisseau RHAPOSODY OF FIRE semble prendre l’eau de toute part aux vues de ses récentes prestations live qui s’avèrent très moyennes voir catastrophiques, Luca quand à lui, est dans une forme monumentale et détient le feu sacré. Celui qui vous permet de tout oser sans pour autant décevoir son public ! Le gaillard à en effet retrouvé l’inspiration, celle qui a fait les grandes heures de RHAPSODY OF FIRE et ne semble désormais plus bridé par quoi ce soit. Le mot liberté est devenu son étendard qu’il défend haut et fort ! La partie n’était pourtant pas gagnée d’avance car même s’il est parti accompagné de Dominique Leurquin (guitare) et Fabrice Guers (basse), deux des ses fidèles grognards qui lui permettent de continuer dans une certaine stabilité, il lui manquait l’essentiel : un chanteur capable de faire aussi bien que Fabio Leone. Autant dire que le challenge n’était pas gagné d’avance et semblait presque impossible à réaliser. Et pourtant, le miracle à bien eu lieu, une véritable révélation pour notre ami car notre empereur Italien du Cinematic Metal a su dénicher la perle rare en la personne d’Alessandro Conti, véritable ovni sur la scène Metal qui risque de donner des complexes à de nombreux chanteurs ! Un vocaliste hors pair doté d’une tessiture impressionnante qui lui permet d’assurer dans toutes les tonalités et d’assurer quelques soit la complexité du morceau. De quoi vous faire frémir les cages à miel pour un long moment. Sa voix semble n’avoir aucune limite, idéal pour Luca Turilli, capable d’écrire des mélodies aussi démentes que possibles. Si le gaillard semble totalement inconnu dans l’hexagone, Alessandro n’est pas vraiment un petit nouveau sorti de nulle part. Le ténor a en effet déjà sévi dans un combo du nom de TRICK OR TREAT avec lequel il a sorti deux albums très influencés par HELLOWEEN, auquel il semble vouer un culte illimité. Il faut dire que nos italiens ont commencé en 2002 et sévi dans les clubs en tant que tribute band de la citrouille ! Et quand on sait que Mickael Kiske a posé sa voix sur deux morceaux (« Hello Moon » et « Tears Against YourSmile » sur leur deuxième album (Tin Soldiers) tout parait d’une limpidité totale. L’association de nos deux loustics était fondamentalement inévitable, une évidence même ! Un signe du destin qui ne trompe pas quand on sait que Luca est un grand fan de Mickael Kiske et des deux Keeper Of The Seven Keys et ce depuis toujours. La référence absolue pour notre guitariste ! Et comme si les évidences n’étaient pas suffisantes, les gaillards se sont même permis le luxe de reprendre March Of Time sur Ascending To Eternity. Cette fois ci, la boucle est bouclée ! Après un tel retour, MI se devait d’en savoir un peu plus sur cette nouvelle aventure qui commence pour notre seigneur des temps moderne. Rendez vous était pris dans un hôtel parisien, histoire de découvrir si Luca détenait encore les secrets de l’épée d’émeraude et si il était prêt à croiser le fer avec votre serviteur !

Line-up
: Alessandro Conti(chant), Luca Turilli (guitare), Dominique Leurquin (guitare) Patrice Guers (basse), Alex Landenburg (batterie)

Discographie : Ascending To Infinity (Album - 2012)

M-I Interviews du groupe : LUCA TURILLI (it) - Luca Turilli (Mai-2006), RHAPSODY OF FIRE (it) - Luca Turilli (Mars-2010), , LUCA TURILLI’S RHAPSODY (it) - Luca Turilli (Mai-2012)



Metal-Impact. Bonjour Luca, bienvenue à Paris !
Luca Turilli. Bonjour, merci, bienvenue à toi.

MI. Tout d’abord, peux-tu me donner des éclaircissements sur ce qui a provoqué la scission entre toi et RHAPSODY OF FIRE ?
Luca. Cette séparation s’est faite naturellement et spontanément, tout est passé par le dialogue. Le split n’a pas été brutal. A la base, il y avait des problèmes externes qui venaient de nos soucis juridiques. Tous ces ennuis ont fait que notre relation était devenue différente et que l’on ne ressentait plus l’envie de travailler ensemble. Pour moi, ce qui était primordial, c’était de terminer la saga que l’on avait commencée en 1997. C’était une obligation artistique, je voulais que toute cette histoire ne se finisse pas au chapitre 8 ou 9. C’est comme lorsque tu écris un livre, il y a un début, un milieu et une fin. Ca ne se termine pas en plein milieu du roman ou de la saga. Quand nous avons terminé le dernier album From Chaos To Eternity avec Fabio nous hésitions beaucoup à prendre une décision. On a commencé à parler de split mais je ne savais vraiment pas ce que j’allais faire. Il y avait de nombreuses possibilités, je pouvais quitter définitivement le monde du Metal pour me consacrer à composer des musiques de film, ou travailler dans un autre style musical. J’avais aussi envie de monter un projet dans le style AVANTASIA avec plein de chanteurs célèbres. Mais à la fin et après mures réflexions, j’ai décidé de poursuivre seul l’aventure. Alex Strapolli à gardé le nom de RHAPSODY OF FIRE, c’est normal qu’il n’y ait pas de problème à ce niveau là car Fabio et lui représentent le groupe. Nous ne voulions pas de bataille juridique pour savoir qui allait garder le nom du groupe. Nous avons fondé RHAPSODY ensemble avec Alex et Fabio et nous ne voulions pas nous déchirer après tout ce que nous avons accompli ensemble au cours de toutes ces années, c’est notre bébé à tous les trois. Notre problème principal c’est que nous n’arrivions plus à composer ensemble. J’ai donc conservé le nom RHAPSODY. Maintenant, tout est terminé et on est tous très occupé, on ne s’est pas vu ces derniers mois mais tout va très bien entre nous et surtout notre séparation s’est passée dans des conditions optimales.

MI. Vous êtes donc toujours amis ?
Luca. Oh mon dieu, bien sûr que oui. Nous ne sommes pas des personnes qui aimons livrer une guerre sans merci. On ne se battra pas pour garder quoi que ce soit ayant attrait au combo, on préfère le dialogue. L’important c’est d’être dans un bon feeling, on ne veut pas vivre un enfer à cause d’une séparation. Nous sommes par nature des gens pacifiques et nous avons besoin de relations positives. Nous ne sommes pas programmés pour haïr qui que ce soit, ce n’est pas notre philosophie. La haine est un sentiment que nous ne connaissons pas. Si tu lis les textes que nous avons véhiculés à travers tous nos albums, tu verras que ce sentiment négatif n’est pas présent et que notre vision principale est la paix entre les êtres humains. Si nous nous étions déchirés pour des raisons financières nous n’aurions pas été cohérents avec tout ce que nous avons développé au cours de toutes ces années. Tout ce que nous avons fait traite principalement de la paix, de l’amour et du respect entre êtres humains. J’ai consacré toute ma vie à RHAPSODY OF FIRE et je n’aurai jamais détruit tout ce travail par une attitude stupide basée sur la cupidité. Maintenant j’ai crée mon nouveau groupe : LUCA TURILLI’S RHAPSODY et je veux continuer à prodiguer les même valeurs, celle que j’ai toujours défendu. C’est très important pour moi.

MI. Pourquoi avoir conservé le nom RHAPSODY ?
Luca. La chose importante que les gens doivent savoir c’est que j’ai perdu énormément d’argent et d’énergie pour sauver le groupe lorsque nous avons eu nos gros problèmes en 2007. J’ai du me battre en permanence pour sauver le groupe et que nous puissions continuer. J’ai dépensé énormément d’argent et d’énergie. Finalement Alex et moi avons créé ce groupe en 1993 et il était normal que je conserve aussi le nom RHAPSODY. Nous avons réussi à faire quelque chose de très rare dans ce milieu, nous entendre et trouver un accord qui satisfasse tout le monde. Chacun peut utiliser le nom du gang et c’est parfait. On a fait un minimum de changements, j’ai du ajouter Luca Turilli devant parce que malheureusement nous ne pouvons plus utiliser le nom RHAPSODY seul suite à nos problèmes juridiques concernant les droits. On a trouvé cette solution pour que nous soyons à égalité en termes de business. Comme ça tout le monde redémarre sur le même pied d’égalité. Nous sommes à 50% de part et d’autre. Personne n’est lésé, c’est un partage équitable.

MI. Penses-tu que RHAPSODY OF FIRE sera le même groupe après ton départ ?
Luca. Je n’en ai aucune idée. Pour être honnête la musique venait de l’association entre moi, Alex et Fabio. C’est ce qui faisait la magie de RHAPSODY. Par exemple, j’étais celui qui était très influencé par HELLOWEEN, Fabio était plus attiré par WHITESNAKE, le Metal des Eighties. Alex lui s’intéressait plus au groupe Metal Progressif comme ALTER BRIDGE. Toutes ces différentes influences ont donné RHAPSODY OF FIRE, auquel on a ajouté la saga. Mais je ne peux rien te dire sur leur nouvelle direction car je n’en ai pas parlé avec Alex.

MI. Lorsque tu as quitté le groupe, avais-tu déjà écris quelques titres ?
Luca. Non, parce que je ne savais vraiment pas ce que j’allais faire. Après réflexion, j’ai compris que la connexion entre le Heavy Metal et le style Symphonique était ce qui me convenait le mieux. Je savais aussi qu’il y avait beaucoup de fans qui attendaient que j’écrive ce genre de morceaux. A la fin, après avoir pris mon temps, c’est devenu évident que c’était ce que je devais faire. Nuclear Blast m’a toujours soutenu et à été extraordinaire surtout pendant les périodes difficiles où nous avions énormément de problèmes avec RHAPSODY OF FIRE. Je ne pouvais pas les lâcher en faisant n’importe quoi. Je leur dois beaucoup.

MI. Ta première grande difficulté je suppose à été de trouver un chanteur aussi performant que Fabio Leone ?
Luca. Oui, ça n’a pas été évident. Mon idée de départ était de créer un projet dans l’esprit d’AVANTASIA et de faire appel à Fabio. Mais je me suis vite rendu compte que ce n’était pas évident d’avoir le même chanteur pour les deux formations. De plus, la maison de disque n’était pas très intéressée par cette idée. Je me suis donc mis à la recherche d’un nouveau chanteur plus pour le plaisir, juste pour voir si il y avait un chanteur qui me correspondrait. J’ai fais quelques recherches qui n’ont rien donné et Fabio m’a dis mais pourquoi tu ne prendrais pas Alessandro Conti ! Il chante dans le même style que Mickael Kiske. Il sait que je suis un très grand fan de HELLOWEEN et surtout des Keeper Of The Seven Keys Part I et II. Je me suis mis au Metal grâce à ces deux monuments, ils ont eu une très grande influence sur moi et sur mon écriture. Surtout au tout début de RHAPSODY. Mickael Kiske est pour moi un très grand vocaliste avec un style qui lui est propre. J’ai vu quelques vidéos d’Alessandro sur internet et j’ai trouvé tout de suite qu’il avait une voix exceptionnelle, il pouvait chanter aussi haut que Mickael Kiske qui est une référence pour moi. J’ai vraiment été très impressionné et je l’ai contacté pour savoir si il était intéressé de travailler avec moi sur mon nouveau projet. Il a tout de suite adoré l’idée. Mais avant de prendre ma décision finale je devais avoir des précisions, comme savoir s’il allait bien se sentir dans ce style et s’il pourrait bien s’adapter au niveau des différentes ambiances que je peux créer. Je savais que ce que j’allais écrire ne serait pas seulement ancré dans un seul univers musical. Je voulais avoir une liberté totale en termes de créations et de compositions, c’est très très important pour moi. Pour le tester je lui ai demandé de chanter des titres très différents les uns des autres. Ca allait de morceaux Metal, Pop en passant par de l’Opéra. Quand il m’a renvoyé les morceaux avec sa voix dessus, j’ai compris qu’il avait cette capacité extraordinaire à s’adapter. Il a fait des études de chant dans une école pour devenir ténor : The Corale Lirica Rossini, là où précisément Luciano Pavarotti à fait ses classes. C’est un lieu très célèbre en Italie, un tel chanteur c’était parfait pour moi. De plus Alessandro m’a dis qu’il adorait RHAPSODY, c’était magique. Ensuite tout à été très vite, on ne voulait pas perdre de temps. On s’est mis à travailler ensemble en juillet et août de l’année dernière.

MI. Alessandro a une voix extraordinaire, il peut chanter très haut. J’ai cru un moment qu’il y avait deux chanteurs : un Ténor et un Castra !? [Rires]
Luca. [Rires] … Non, c’est lui qui fait tout, il a une tessiture incroyable, c’est même démentiel. Sur Ascending To Infinity, il y a un morceau qui s’appelle « Tormento E Passione » qui est un grand classique Italien. C’est un titre où il y a fait un duo avec Bridget Forget qui est aussi soprano et chante divinement bien. A la fin du morceau les parties vocales sont très hautes, et la voix que tu entends est celle d’Alessandro et pas celle de Bridget comme on pourrait le croire. Je suis sur que la plupart des gens vont penser que c’est la voix de Bridget Fogle, mais je te garanti que c’est bien Alessandro qui chante. Je vais te dire la vérité : elle n’était pas capable d’atteindre des notes aussi hautes ! C’est pourquoi on a gardé la version d’Alessandro qui était totalement hallucinante. Au début Alessandro avait fait des démos destinées à Bridget afin de lui fournir une base de travail, et quand on a écouté le résultat final on avait du mal à y croire, c’était incroyable. Je le dis parce que personne ne va vouloir croire que c’est Alessandro qui atteint des notes aussi hautes, mais c’est bien lui, c’est hallucinant et je cherche encore des qualificatifs pour décrire ce que j’ai vécu! J’ai eu une chance incroyable de trouver un chanteur comme lui juste après Fabio, qui est pour moi un des meilleurs chanteurs avec qui j’ai eu la chance de travailler.

MI. Quels étaient les critères et les qualités indispensables pour toi ?
Luca. Pour moi, ce qui était primordial c’est qu’il puisse atteindre des notes très hautes. Ce type de chant correspond totalement à ma musique. Quand j’écris un titre, le vocaliste doit être capable de chanter toutes les nuances et les subtilités que j’ai créées. Le Metal Cinematic a besoin d’une grande voix. Il faut pouvoir monter très haut par moment mais aussi pouvoir chanter dans d’autres registres plus bas ou médiums. Sur Ascending To Eternity, il y a des parties très très hautes ! Si le chanteur n’arrive pas à les atteindre, je suis obligé de modifier le morceau et le réécrire dans une autre tonalité qui correspond à sa tessiture ! Mais malheureusement, l’impact n’est pas le même. Mais avec Alessandro j’ai su que tout était possible. J’ai composé des morceaux où les montées vocales atteignaient des sommets, et il était important de ne rien changer de ne pas réarranger le titre pour ne pas tout dénaturer. Ca permet de créer une émotion unique que je n’aurais jamais pu développer avec quelqu’un qui n’aurait pas été capable d’atteindre les notes que j’avais écrites. Alessandro est tellement doué qu’il peut chanter ces notes incroyables. Ca m’a permis d’écrire des morceaux que je n’aurais jamais pu enregistrer auparavant, je n’ai plus aucune contrainte liée au chanteur, c’est quelque chose d’inestimable ! Souvent, tu es limité par les capacités vocales de ton chanteur, tu vas devoir écrire des morceaux qui ne correspondent pas vraiment à ta vision et tu es obligé de te limiter en termes de composition. Avec Fabio, j’avais des limites; c’est un très bon chanteur, mais ses capacités n’étaient pas illimitées et il fallait faire des concessions. Alessandro n’a pratiquement aucune limite vocale ce qui est phénoménal, avec lui j’ai un sentiment de liberté artistique totale, j’ai l’impression de n’avoir aucune limite.

MI. C’est un vrai groupe, rien à voir avec Luca Turilli en solo ?
Luca. Totalement, ca n’a rien à voir avec ma carrière solo parallèle à RHAPSODY OF FIRE. Ce n’est pas non plus le début d’une nouvelle saga, il n’y aura pas de partie deux, trois ou quatre. C’est quelque chose de totalement nouveau. Il est important que les gens comprennent bien que ce n’est pas un nouvel album solo de Luca Turilli. J’ai composé cet album comme pour RHAPSODY OF FIRE, c’est un véritable groupe.

MI. Tu n’as pas peur que les fans soient un peu désorientés du fait que vous déteniez tous les deux le nom RHAPSODY ?
Luca. Oh, non mon Dieu ! C’est le premier opus de Luca Turilli’s RHAPSODY et non pas un nouveau RHAPSODY OF FIRE. Nous continuerons comme ça ! Chacun de notre coté. C’est un nouveau commencement et pas la suite logique de la saga qui s’est terminée l’année dernière. Le public doit comprendre que pour moi RHAPSODY OF FIRE c’est terminé. Je n’ai plus rien à voir avec eux. Ce n’est pas le 11e album de RHAPSODY OF FIRE, c’est un nouveau départ c’est tout ! Ce n’est pas important pour moi que l’on puisse penser que c’est le onzième ou le quinzième d’une longue série.

MI. Que s’est t’il passé avec « Fantasia Gotica » qui devait figurer sur Ascending To Infinity et qui a été remplacé par Luna ?
Luca. « Luna », c’est une reprise en fait. Ce n’est pas un morceau original. Au départ on a enregistré deux bonus tracks, il y avait « Luna » et « March Of Time » (HELLOWEEN). « Luna », c’est une chanson Italienne très connue qui a été interprétée par Alessandro Safina, un chanteur d’opéra. C’est un morceau très populaire même en France, c’est beaucoup passé en radio chez vous, il y a une dizaine d’années ! J’ai adoré la version de Safina et j’ai eu envie d’en faire une version plus Metal, la version originale est très douce et c’est de l’opéra pur ! Je voulais qu’il y ait des guitares, que le titre soit un mélange Rock/Metal. Je savais qu’avec Alessandro c’était possible, c’est un titre très difficile à interpréter vocalement. On ne voulait pas faire une copie mais une adaptation qui puisse faire bonne figure sur Acending To Infinity. Je savais qu’Alessandro était capable de chanter ces lignes de chant très hautes, le challenge était réalisable. Pour « Fantasia Gotica » ce qui s’est passé c’est qu’à la fin de l’enregistrement nous étions pris par le temps, ça a été très difficile de terminer tous ces morceaux très complexes. Je voulais absolument respecter les délais qui nous étaient imposés pour que l’album puisse sortir le 22 juin. On a travaillé trois jours de suite sans dormir pour terminer le mixage et les derniers arrangements, c’était terrible. Vu ces problèmes de timing nous n’avions pas la possibilité de terminer le titre « Fantasia Gotica » en temps et en heure. C’est une semi ballade avec beaucoup d’orchestrations et on n’a pas réussi à terminer les arrangements comme prévu. Et puis on avait des problèmes de budget, il n’y avait plus assez d’argent pour continuer à travailler d’avantage sur ce morceau, je me souviens plus très bien de ce qui s’est passé ! On l’a donc remplacé par « Luna ». On devait finir à tout prix dans les délais ! Mais on va faire quelque chose de très spécial pour les fans, nous allons venir tourner en Europe en octobre/novembre et pour assurer la promotion de la tournée nous allons offrir gratuitement ce morceau à tous ceux qui nous suivent par le biais de mon site Web ! On pourra le trouver partout, on avait promis de le mettre sur Ascending To Infinity et on va respecter notre parole ! C’est un titre que j’ai écris il y à cinq ans et on aurait du le sortir il y a deux ans avec RHAPSODY OF FIRE. Pour des raisons obscures ça ne s’est jamais produit. La première version avait été composée dans l’esprit d’une musique de film, c’était très orchestrale ensuite je l’ai réadaptée pour ce nouveau disque. C’est notre cadeau à tous ceux qui nous apprécient !

MI. Tu as produit cet album, qu’est ce qui différencie ton travail par rapport à Sasha Paeth avec qui tu as collaboré de nombreuses années ?
Luca. Sasha a produit les premiers albums de RHAPSODY, il nous a apporté énormément à tous les niveaux, et puis au fil des années il s’est de moins en moins investi. A la fin, notamment sur les deux derniers albums de RHAPSODY OF FIRE, il n’était pas vraiment motivé et au final c’est moi qui faisais une bonne partie du travail en studio. Cette fois-ci j’ai voulu changer, et mon idée a été de travailler avec Sebastien Roaer, c’est notre nouvel ingénieur du son désormais. Il a fait le son sur la dernière tournée de RHAPSODY OF FIRE, il a d’ailleurs fourni un travail impressionnant et nous a donné un son énorme. C’est un type très talentueux, il était évident que c’était l’homme de la situation. On s’est donc retrouvé au sud de l’Allemagne dans son studio le Backyard à Kempten, ce n’est pas très loin de Monaco. C’est un lieu très touristique et très agréable, c’est du coté de la forêt noire. Je me suis dis qu’il devait être très performent en studio au vues de ses capacités en live. Il est surtout très impliqué dans notre musique, c’est un ami de Sasha, et il nous connaît bien. Mais il est moins impliqué dans les orchestrations que Sasha ! Il est plus rock et beaucoup moins symphonique. C’est un fan de Frank Zappa, il est plutôt seventies. Mais c’est parfait de changer quand tu commences une nouvelle aventure. Les sagas c’est terminé et il était important de tout changer, avoir une nouvelle méthodologie de travail, je voulais mettre de nouvelles émotions au service de la musique de Ascending To Eternity. Sebastien adore notre style c’est aussi un fan de NIGHTWISH, et travailler avec lui a été quelque chose de fantastique. Je pense qu’on collaborera ensemble dans le futur car il a bien su nous cerner et nous a permis d’atteindre un nouveau palier artistiquement parlant.

MI. Peux-tu m’expliquer pourquoi Alex Holzwarth qui a enregistré les parties de batterie avec vous n’est plus dans le groupe ?
Luca. En fait quand nous nous sommes séparés, Dominique et Patrice m’ont suivi spontanément parce que nous sommes très proche, nous formons en quelque sorte une petite famille. Dominique a fait les guitares rythmiques et quelques solos, il a enregistré ces parties au Hiroshima Studio de Arnaud Menard en France. On est tres amis et on se voit souvent en France. Tout s’est passé d’une manière assez rapide et Alex était intéressé par ce projet, c’est toujours difficile de se séparer. Du coup on a décidé qu’il serait le batteur des deux groupes. Mais quand on a commencé à réfléchir au planning des futures tournées, on s’est vite aperçu que ça allait être ingérable. Il était totalement impossible d’avoir le même batteur dans les deux formations ! Il fallait qu’on s’organise de telle manière que RHAPSODY OF FIRE et mon groupe puissent partir en tournée et c’était tres compliqué. Les dates risquaient de se chevaucher ! Impossible pour Alex de se dédoubler, il n’a pas de super pouvoirs !!! [Rires] … Et puis, il y avait aussi le problème physique. On avait besoin d’un batteur qui soit investi à 100% car le nouveau show va être énorme. Il est resté avec RHAPSODY OF FIRE car son frère fait partie du gang, il est bassiste, donc c’était une décision naturelle à prendre pour lui, c’était une évidence. Finalement on a décidé de le remplacer, ce qui était pour nous la décision la plus raisonnable à prendre. Ensuite on a pris contact avec Alex Landenburg (ANNIHILATOR, STRATOVARIUS), c’est un ami de Sebastien, il a été tout de suite très enthousiaste. C’est un batteur exceptionnel mais c’est aussi quelqu’un d’humainement très bien et c’est très important pour nous. On va passer des mois ensemble et il est indispensable qu’un nouveau membre s’intègre bien et qu’il soit vivable au quotidien. Avec Alessandro j’ai découvert quelqu’un d’extraordinaire sur le plan humain et Alex fait partie de cette catégorie de musiciens. On va partir en tournée et être 24H/24H les uns sur les autres, il va y avoir beaucoup de pression, des moments difficiles où il risque d’y avoir des tensions, des problèmes et c’est très important que nous faisions face ensemble aux difficultés. Il faut que nous formions une vraie équipe. Les soucis quotidiens ne doivent pas provoquer de diversions au sein de l’équipe mais au contraire nous rapprocher, il faut que nous soyons soudés pour réussir à surmonter ensemble toutes les épreuves avec le maximum d’énergie. Il faut que nous soyons capables de toujours bien réagir et d’une manière positive, il doit exister entre nous une vraie solidarité.

MI. Pour terminer, qu’attends-tu de cette nouvelle étape de ta vie qui commence ?
Luca. Tu sais, c’est assez incroyable ce qui m’arrive, la réaction de la presse est très bonne, je dirais même excellente. La maison de disque nous soutient un maximum et fait tout pour nous assurer une promotion brillante et réussie. C’est dingue, je vis un véritable rêve. Je suis très satisfait de Nuclear Blast qui me soutient à fond, ils ont toujours été à mes cotés même dans les moments les plus difficiles. Ils ne m’ont jamais mis la pression, ils ne m’ont rien demandé avant qu’ils ne reçoivent le master définitif. Je n’ai pas eu à envoyer un seul titre avant la finalisation de l’album, j’ai eu la chance de disposer d’une liberté totale. Nous avons une relation de confiance exceptionnelle. C’est ce qui m’a poussé à continuer dans la musique et à ne pas tout arrêter et à changer de travail et de vie. Il y a des gens qui m’offraient beaucoup d’argent et même d’avantages mais je savais que si j’acceptais je n’aurais jamais la même liberté qu’aujourd’hui. Si tu es un véritable artiste, tu ne cèdes pas à ce genre de tentation, tu ne vends pas ton âme, tu restes vrai et tu essayes d’imposer ce en quoi tu crois. Je me fous de l’argent et des avantages que cela procure. Tu dois faire avant tout ce qui te plait réellement, aller au bout de ta passion et créer quelque chose qui te procure des émotions. C’est pour moi une sorte de mission spirituelle. Quand j’étais chez moi et que j’écrivais il m’est souvent arrivé de pleurer, c’était très intense et très fort émotionnellement quelque chose de très puissant qu’il n’est pas facile de décrire avec quelques mots. Et ce qui est primordial, c’est que mes fans et tous ceux qui écouteront cet album ressentent la même émotion. C’est un album vrai et j’espère vraiment qu’ils ressentiront ce que j’ai moi-même vécu et ressenti en composant ces morceaux. J’ai envie de partager tout ça avec eux, en dehors de la scène et aussi en concert. Nous faisons du Cinematic Metal, il va y avoir beaucoup de surprises et de choses nouvelles sur cette tournée, c’est pourquoi nous l’avons appelée "Ascending To Infinity Cinematic World Tour". Ce ne sera pas un show classique mais unique et très spécial !!!

MI. Merci beaucoup Luca !
Luca. Merci à toi, ça a été un vrai plaisir. A bientôt.


Ajouté :  Jeudi 05 Juillet 2012
Intervieweur :  The Veteran Outlaw
Lien en relation:  Luca Turilli's Rhapsody Website
Hits: 10929
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des Interviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 16/11/2018 à 10:52:54 en : 0,0989 secondes
| © Metal-Impact (2001-2016) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar