METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· M-I sur Google+
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
· M-I Skin Firefox
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· BRENNUS MUSIC (…
· SVART CROWN (FR…
· THE DEVIANT (no…
· DEATH ANGEL (FR…
· DOT LEGACY (FRA…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· RAMMSTEIN (de) …
· PARADISE LOST (…
· SOIREE M & O OF…
· MASS HYSTERIA (…
· ANNIHILATOR (ca…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 83 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

WAR FROM A HARLOTS MOUTH (de) - Simon (Déc-2007/VF-EV)


WAR FROM A HARLOTS MOUTH : voilà un titre pas évident à retenir et il serait pourtant dommage que vous ne le reteniez pas. Si vous n’y parvenez pas, il y a toujours l'acronyme : WFAHM. Comment ça, c’est pas forcément plus facile ? Jamais contents ces métalleux…

Line-up
: Nico (chant), Simon (guitares), Daniel (guitares), Filip (basse), Paul (batterie)

Discographie : Transmetropolitan (Album - 2007)



Metal-Impact. Pour commencer, pourrais-tu présenter le groupe à nos lecteurs ?
Simon. Nous sommes donc WAR FROM A HARLOTS MOUTH et nous venons de Berlin. Nous avons aujourd’hui un nouveau chanteur, Nico, qui assure également les vocaux chez THE OCEAN (ndlr : groupe de Metalcore allemand, signé sur Metalblade Records). Nous avons deux guitaristes, Simon et Daniel, Filip à la basse et Paul à la batterie. Nous jouions tous auparavant dans des groupes locaux de Metal et Hardcore et, finalement, nous avons décidé de lancer notre propre groupe réunissant toutes nos influences et nos goûts communs.

MI. En tant que groupe, quelles sont d’ailleurs ces influences ?
Simon. Elles diffèrent beaucoup de l’un à l’autre mais au final, la musique que nous jouons est influencée par des groupes comme THE DILLINGER ESCAPE PLAN, ION DISSONANCE et CEPHALIC CARNAGE par exemple.

MI. D’où vous est venue l’idée d’un tel patronyme ?
Simon. En fait, je réfléchissais la manière la plus compliquée de décrire un menteur. A la base, WFAHM n’était qu’un side-project, pour le fun. Personne ne prenait donc vraiment ce nom au sérieux.

MI. Comment composez-vous vos morceaux ?
Simon. Beaucoup de choses sont composées au moment des répétitions. Daniel et moi écrivons beaucoup de riffs chez nous. Ensuite, on jamme ensemble dans la salle de répétition. Parfois, il n’y a qu’un riff et une idée en suit une autre. Parfois, il arrive que certains titres subissent de nombreuses modifications après avoir été terminés car nous cherchons toujours à retirer le maximum de chacun d’entre eux.

MI. Quand vous composez un album comme Transmetropolitan, est-ce que vous partez avec un fil conducteur ou les morceaux sont-ils totalement indépendants les uns des autres ?
Simon. Il s’agit de notre premier album et, musicalement, les titres, pour beaucoup, ne sont pas liés les uns aux autres. Pour autant, textuellement, il y a une thématique globale sur Transmetropolitan, et à partir de là, les morceaux se développent presque naturellement. Pour notre prochain album, nous sommes à la recherche d’un nouveau challenge et nous avons en tête pas mal de moyens de faire apparaître plus nettement un véritable fil rouge entre nos différentes compos. Mais pour le moment, nous sommes pleinement satisfaits de la variété de Transmetropolitan.

MI. Le Mathcore est un style complexe. Ma question est donc la suivante : comment éviter de ne pas sombrer dans la seule autosatisfaction, sans se préoccuper du caractère accessible de la musique que l’on joue ? En d’autres termes, lorsque tu composes, tu penses d’abord à l’auditeur ou plutôt au seul plaisir que tu as à pratiquer ce style ?
Simon. Pour ce style de musique en particulier, tu le fais d’abord pour le plaisir que tu as à le jouer. C’est pour le fun, il n’y a pas véritablement de règles dans un style expérimental comme celui-là, tu n’es par exemple pas enfermé dans telle ou telle contrainte lorsqu’il s’agit de structurer des morceaux. Après, si quelqu’un aime ce qu’on joue, bien sûr que cela nous fait plaisir. Dans notre musique, il y a également une influence Hardcore et je pense que celle-ci permet à certains de rentrer plus facilement dedans.

MI. Attachez-vous une grande importance aux textes ?
Simon. Oui, tout à fait. Nous avons des titres marrants ou, disons, ironiques, mais cela ne signifie pas que nous n’avons rien à dire. Si tu lis nos textes, tu verras qu’ils traitent des relations humaines et de nos comportements sociaux en général.

MI. Est-il facile pour un groupe de Mathcore d’évoluer en Allemagne ?
Simon. D’une certaine façon, c’est plus facile que ce que nous espérions. Il y a très peu de groupes allemands qui pratiquent un style similaire au nôtre mais, au final, on rencontre pas mal d’échos positifs de la part du public. Et c’est tant mieux car augure de jolies tournées en perspective. Nous adorons la scène.

MI. En parlant de scène, l’Allemagne est le berceau de la scène True Heavy Metal. Apprécies-tu ce style ?
Simon. On n’est pas fans particulièrement, mais j’aime bien en écouter de temps en temps. Plus pour son côté fun en réalité : pour moi, c’est d’abord une musique sympa pour faire la fête (rires).

MI. Il m’arrive rarement de donner une si bonne appréciation sur un album, et en particulier pour un premier. Mais cette fois-ci, je n’ai pas pu faire autrement, en particulier du fait de « If You Want To Blame Us For Something Wrong, Please Abuse This Song » qui, à mon avis, s’impose déjà comme une pièce d’anthologie dans l’histoire du Metal. Comment vous est venue cette idée de confronter la six cordes et la mitraillette ?
Simon. Tout d’abord, un grand merci. En fait, ça nous est venu comme ça. J’ai trouvé ce sample de mitraillette et je me suis dit que ça serait une bonne idée de le remonter et de l’inclure dans notre musique (rires).

MI. Pour en revenir à ces mitraillettes, peux-tu concevoir la musique autrement que violente ? Il y a par exemple sur Transmetropolitan des titres vraiment doux et particulièrement planants comme « Trife Life ». Faut-il prendre ces compos au second degré ou pas ?
Simon. Pas du tout. Nous prenons les éléments jazzy de notre musique très au sérieux. Nos goûts musicaux ne se limitent pas au Metal et au Hardcore. A travers notre musique, nous voulons en quelque sorte rendre un hommage à toutes celles qui nous ont influencées.

MI. Peux-tu nous en dire plus sur la tournée accompagnant la sortie de Transmetropolitan ? Dirais-tu que le Mathcore est un style plus complexe que d’autres à retranscrire sur scène ?
Simon. Je pense effectivement que ça ne doit pas toujours être facile pour le public. Ce n’est pas une musique directe, propice à la danse, au moshpit ou au headbanging. Mais pour nous aussi, c’est un challenge : nous ne voulons pas rester statiques sur scène, les yeux rivés sur nos instruments. Nous bougeons beaucoup et c’est pourquoi nous devons nous entraîner régulièrement. Mais je pense que, une fois que tu es à fond dans ta musique, ce n’est pas nécessairement plus dur qu’un autre style.
Pour revenir à Transmetropolitan, nous avons déjà fait deux tournées à ce jour avec cet album et, en février-mars 2008, nous repartons à nouveau sur les routes, en tant que tête d’affiche cette fois, en compagnie des Anglais de BURNING SKIES. Nous ferons également quelques dates en France et nous sommes impatients de revenir dans votre pays, car nous y avons déjà de bons souvenirs sur scène : le public y est très ouvert d’esprit et c’est quelque chose que nous apprécions tout particulièrement.

MI. Si tu veux t’adresser à eux, c’est d’ailleurs le moment puisque nous arrivons à la fin de cette interview.
Simon. Et bien merci d’abord d’avoir lu cette interview et de soutenir Metal Impact. Nous espérons vous voir en 2008 et n’hésitez pas à aller sur notre page myspace pour avoir toutes les infos sur nos prochaines dates.



==================== ENGLISH VERSION ====================



Metal-Impact. First, can you introduce us to the band and what is the musical background of each of you?
Simon. Hey, we are WAR FROM A HARLOTS MOUTH from Berlin, Germany. We have a new singer, his name is Nico and he is singing for THE OCEAN (Metalblade Records), too. We have 2 guitar players, Simon and Daniel, Filip on Bass and Paul on the Drums. All of us played in a few local Metal- or Hardcore-Bands before and finally started a project all of us were musically interested in.

MI. As a band, which are your main musical influences?
Simon. I’d say there are a lot of different influences on everyone of us, but in the end for the music we play we are influenced by bands like THE DILLINGER ESCAPE PLAN, ION DISSONANCE and CEPHALIC CARNAGE for example.

MI. Where did you get the idea to find such a name for the band?
Simon. Well…I was thinking of a difficult way to describe a lying person. WFAHM was planned as a fun- and side-project at this time, so nobody was taking the name too serious.

MI. How do you work on the composition of tracks?
Simon. A lot of things got composed at our rehearsals. Daniel and me are writing a lot of riffs at home and then we mess around with them in the rehearsal room. Sometimes there’s just one riff and one idea follows the other. Sometimes songs have to go through a lot of changes, after they got finished for the first time, cuz we always try to get “more” out of the tracks.

MI. When you compose an album like Transmetropolitan, do you plan to have a main frame so that it gives constitency to the album or does each song stand alone?
Simon. It’s our first album and musically a lot of tracks are standing for its own. Lyrically there is some kind of main theme on Transmetropolitan and the songs just grew on this kind of naturally. I think there are a lot of ways to get a red line into the songs of the next record, but we are happy about the variety of Transmetropolitan. We’re just looking for a new challenge, I guess…and this will take effect on our next material.

MI. Mathcore is a complex music style. How difficult is it to make it not only self-content but also enjoyable for the listener? Actually, when you compose music, do you think about the listener or do you just want to enjoy what you are doing?
Simon. First of all this kind of music is about enjoying what you are doing. It’s for the fun of it and there are no real rules for song writing, cuz you don’t have to fit in some kind of frames in an experimental genre like that. We just enjoy to be able to do what we want and if somebody likes it, it makes us happy. There is a Hardcore influence in our songs and I guess this part of our music makes it a little more easier for a few people to get into it.

MI. How important are the lyrics for you?
Simon. They are really important! We have funny or, let’s say, ironic song titles, but that doesn’t mean we don’t have something to say. If you read through the lyrics you’ll see that they deal with social relationships of all kinds and social behaviour in general.

MI. Is it easy to evolve as a Mathcore band in Germany?
Simon. Well, somehow it was easier than we could have ever thought. There are just a few bands with a similar style, but somehow we got to attract more people than you would normally attract with this style of music in Germany. It’s cool for us, cuz we just want to play as much shows as possible, it’s what we love the most. And at the moment it’s working out well.

MI. Germany is the cradle of what is called True Heavy Metal. Do you enjoy this kind of Metal?
Simon. We are not really deep into True Heavy Metal, but I sometimes enjoy this stuff. But more for the fun of it, to me it’s good for partying, haha.

MI. I rarely give such a good score to an album, especially to a first one. But I really think you deserved it, especially because of this track, « If You Want To Blame Us For Something Wrong, Please Abuse This Song », which is already a masterpiece in the history of Metal music I would say. How did you get the idea to have instruments engage a fight with machine guns?
Simon. Thanks a lot, we really appreciate that. It was just a quick idea. I found this machine gun sample and got the idea to re-cut and play a breakdown on it, haha.

MI. Let's go back to those machine guns : as far as you are concerned, can you conceive music not being violent because for instance on Transmetropolitan, you've got very smooth tracks like « Trife Life ». Are those latter sincere or should they rather be seen as jokes?
Simon. We take the jazzy parts of our music really serious, and also tracks like “Trife Life”. We are enjoying loads of genres, not just Hardcore or Metal. It’s kind of a tribute to the music that really influenced us a lot musically.

MI. Can you tell us about the promo tour for this album? Would you say that playing Mathcore on stage is more difficult or that it is just like other Metal genres?
Simon. Well…sometimes it’s a little bit difficult for the audience I guess. It’s not that straight, so it’s not really easy to dance, mosh or bang your head to it. For us it’s a challenge, too. We just don’t want to stay around on stage and stare on our instruments. We move a lot, so we have to practise a lot to play as clean as possible. But I think as soon as you are really into the songs you wrote, it’s not that different to other styles.
We played two tours on “Transmetropolitan” so far and will play our first headlining tour on this record in Feb. / March 2008 with BURNING SKIES from the UK. There will be a few shows in France, too…and we are really looking forward to them, cuz we had some great shows in France so far. The crowd was really open minded there and that’s something we really appreciate and love.

MI. A last word for the French readers?
Simon. Thanks for reading this interview and supporting this zine. We hope to see you in 2008…keep checking our MySpace for an up to date tour schedule.
All the best!


Ajouté :  Mercredi 16 Janvier 2008
Intervieweur :  Le Comte de la Crypte
Lien en relation:  War From A Harlots Mouth Website
Hits: 16418
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des Interviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 21/11/2017 à 16:16:05 en : 0,1514 secondes
| © Metal-Impact (2001-2016) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar