METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· M-I sur Google+
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
· M-I Skin Firefox
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· MAX PIE (be) - …
· STRATOVARIUS (f…
· KORTEX (FRA) - …
· HOLY MOSES (de)…
· BACKYARD BABIES…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· FALL OF SUMMER …
· ARCH ENEMY (se)…
· PENDRAGON (uk) …
· NIGHTWISH (fi/s…
· SCEN'ART METAL …
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 77 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

ANT MILL (it) - Double Rod Pendulum (2016)








Label : Autoproduction
Sortie du Scud : 26 Mai 2016
Pays : Italie
Genre : Alternative Progressive Rock
Type : Album
Playtime : 9 titres – 43 minutes





ANT MILL?

Un phénomène rare, sorte de rituel suicidaire chez les fourmis. Un rituel organisé, qui aboutit pourtant au chaos, mais de faCon mesurée et "contrôlée". Drôle de faCon de nommer un groupe, qui empêche clairement de voir à travers les persiennes.
Mais une fois de temps en temps, il n'est pas désagréable de marcher à l'aveugle.
Lorsque j'ai lancé ce disque, je l'avoue, je m'attendais à une énième digression sur l'école de Canterbury, genre FLOWER KINGS, Steven Wilson et consorts.
Non que je m'en plaigne, mais je pensais la surprise aux abonnées absentes.
Ou bien cachée derrière les persiennes.
Mais la surprise était bien là, derrière la porte de cette pochette aussi absconse que fascinante et troublante. Un poulpe rose qui cache un sexe qui doit l'être tout autant. Intrigant... Mais qui a au moins le mérite de provoquer l'imagination.
Comme la musique.

Les ANT MILL sont italiens, viennent de Brescia, et ont sorti un peu plus tôt dans l'année un premier EP éponyme, auquel je vous conseille de jeter deux oreilles.
Les mélodies qu'on y trouvait ont mis la puce derrière les miennes, mais cet album l'a fait sortir, pour qu'elle puisse me piquer comme la mouche qui a planté son aiguille dans le cerveau et le coeur de ces musiciens. Car c'est bien ce qu'on se dit à l'écoute de ces neuf morceaux, enregistrés dans des conditions live de studio. Quelle mouche a bien pu les piquer, à l'heure du tout numérique et du préparé à l'avance, conditionné, emballé et stérilisé, pour qu'ils se livrent à l'exercice du spontané analogique ?
Je n'en sais rien, mais merci à cette drosophile de nous permettre d'écouter une musique aussi sensible, riche, envoutante et déroutante. Le feeling et l'originalité existent donc toujours...

De quoi se réclament donc ces électrons libres du Rock ? De celui-ci justement, mais aussi de la Pop, de l'Alternatif, du Grunge, alors même qu'ils ont tourné des années en Italie et en Europe sous la bannière ARGO LED ZEPPELIN RESOUND, en tant que tribute band.
Soudés et rodés par les années passées ensemble, le quatuor s'est enfin permis une incursion personnelle en composant son propre matériel, et cette audace trouve aujourd'hui son illustration et sa concrétisation dans ce premier LP, surprenant de bout en bout.
Alors métissage, crossover, originalité, oui, je réponds oui, tout est là. Mais les ANT MILL ont tellement broyé leurs influences, assimilés les courants, qu'ils en ont presque créé un nouveau, qu'on pourrait appeler dans un excès de zèle du "Néo Progressif". Néo, parce que c'est résolument nouveau, et progressif, parce que les aventuriers refusent de se cantonner à une ambiance, à une mélodie, et qu'ils avancent en tricotant leur propre étoffe.
Et cette étoffe du coup, prend des airs et des nuances de cape des rois.

Pop. Le mot vous effraie ? Je le comprends, mais lorsque celle-ci est transfigurée par des harmonies vocales sublimes comme sur "Beautiful Toy", qui parvient en quatre minutes pile à évoquer tout autant l'univers des STONE TEMPLE PILOTS que le "More Than I Can Bear" de Matt BIANCO, je salue la performance et me laisse emporter par son charme...
C'est un exemple, mais je pourrais en prendre... neuf. Puisque chaque morceau à sa propre raison d'être, et que chaque thème a été travaillé de manière spontanée pour ne pas répéter les idées du précédent. Tout ça n'est certes pas Hard Rock stricto sensu, encore moins Metal, mais après tout, si vous avez l'esprit aussi ouvert que le coeur des Italiens, alors... tout est permis.
Je parlais de Wilson tout à l'heure, et l'allusion n'est pas si déplacée que ça, puisqu'on trouve des points commun entre le 4 et demi du fantasque progressiste et ce Double Rod Pendulum. Même amour d'une musique sans entraves, même propension à laisser s'exprimer des mélodies éthérées mais maîtrisées... Une preuve ? Ecoutez donc "Inner Sounds", survolé par une basse qui ondule en arrière-plan pendant que les arpèges coulent des guitares...
Ca vous rappelle quelque chose ?
Moi aussi, et le meilleur.

En parlant de souvenirs qui remontent à la mémoire, celui de THE TEA PARTY a aussi effleuré la mienne lors de l'introductive "The Burnin' Rope", avec cette basse traitée et ce chant en décalage. Un groove un peu chaloupé, des arrangements incongrus, et soudain, un mur d'harmonie qui se plante face à vous... pour mieux vous ouvrir une nouvelle porte qui vous emmène ailleurs.
Cet ailleurs, c'est "BlueWatchin' Daylight", un peu WAITS, un peu BUCKLEY... Des percussions sobres mais puissantes, et surtout, un chant qui vous emporte... Soulignons de fait le travail de Massimo Dalla Tor qui n'a pas oublié ce que le verbe "chanter" signifie. Pour peu qu'on ait une âme évidemment...

Ce sont d'autres percussions qui nous attendent en entame de "Tale #11 (Lullaby For E.)"...Plus martiales, soutenant des nappes vocales douces et oniriques, tandis que tout se met en place avec patience et minutie. Mais si d'aventure tout ceci commençait à vous effrayer, croyant comprendre que finalement, le Rock se fait porter pâle, "Gloomtrotter" saura vous rassurer de son up tempo bien marqué, qui se permet quand même quelques glissements chaloupés sur le cuivre des cymbales. Les riffs sont plus prononcés, et on sent d'ailleurs à leur écoute que le quatuor a longtemps taquiné les obsessions de Page et Plant, même si leur version du Rock est beaucoup moins Blues et plus...progressive. Ligne serpentine de Giacomo Papetti, choeurs qui se font une jolie place upfront, et toujours ces arpèges, cette fois ci en distorsion.

On retrouve ces traces de furie instrumentale sur le final décomplexé "Feed Me (As I Fit You)", plus éparses et effacées, et surmontées de boucles de spoken words qui annoncent un refrain très ALICE IN CHAINS.
Mais avant d'en arriver là, il vous faudra passer par l'étape Jazzy de "Thrilling Days", un peu PRINCE, un peu SADE, un peu FLOWER KINGS...Un peu tout à la fois, mais complètement ANT MILL. Et là, est le seul constat qu'il faut retenir et noter.

Double Rod Pendulum est une pièce de musique, qui aurait pu être composée demain pour être enregistrée hier. Elle n'est pas ancrée dans une époque, encore moins un style, et c'est ce qui la rend unique, précise, précieuse...
J'aime être surpris. Bousculé. Et ramené à une époque où les musiciens ne pouvaient compter que sur leur imagination et leur talent sans se faire épauler des techniques modernes. Si vous êtes dans le même état d'esprit que moi, alors ce premier album hantera vos rêves pour des nuits à venir. C'est un travail de fourmi pour un pas de géant. Un chaos ordonné à l'épicentre mondial. Mais qui ne poussera personne au suicide.

Au contraire, tout ça pourrait vous faire aimer la vie encore plus.



Ajouté :  Jeudi 27 Octobre 2016
Chroniqueur :  Mortne2001
Score :
Lien en relation:  Ant Mill website
Hits: 1859
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des CD Reviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 24/11/2017 à 00:53:51 en : 0,1226 secondes
| © Metal-Impact (2001-2016) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar