METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· M-I sur Google+
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
· M-I Skin Firefox
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· HAUT&COURT (FRA…
· CRADLE OF FILTH…
· TERRORTORY (se)…
· FUNERAL INCEPTI…
· DOT LEGACY (FRA…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· SYSTEM OF A DOW…
· KREATOR (de) - …
· ULVER (no) - Tr…
· MARILLION (uk) …
· WITHIN TEMPTATI…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 112 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

CANNIBAL CORPSE (usa) - Vile (1996)








Label : Metal Blade Records
Sortie du Scud : 21 mai 1996
Pays : Etats-Unis
Genre : Brutal Death Metal
Type : Album
Playtime : 11 Titres - 38 Mins





La Genèse selon CANNIBAL CORPSE, chapitre un ; verset cinq.
- Et CANNIBAL CORPSE marqua le début de sa nouvelle existence d’un effort absolument hors du commun. Pour la première fois, une trace de vie apparut à la surface de leur monde. CANNIBAL CORPSE dit : « que la désolation soit peuplée de morts-vivants, bestiaux et affamés. Qu’ils se dévorent, se reproduisent entre eux, sèment le chaos et répandent le sang. Que l’enfer se remplissent d’esprits malveillants et sournois qui n’auront de cesse d’hanter la pensée des morts. Qu’ils ne leur laissent aucun répit. Que le repos qui leur est accordé soit à jamais troublé par l’angoissante présence de ces fantômes. » Et ce fut ainsi. Pour la seconde fois, il y eu un soir et il y eu un matin… ce fut le cinquième jour.
Sur cette planète qu’ils voulaient dévastée subsistera néanmoins à jamais une trace écrite de leur œuvre. Elle se poursuit en toute quiétude. Les versets s’amoncellent et la horde de zombies lâchés sur nous n’y changeront rien. Dans un bain d’hémoglobine, Chris Barnes expira. Son visage était fracassé contre le carrelage et non-loin, les mains ensanglantées se postait George Fischer.
Il n’était pas vraiment connu à l’époque mais il a su se faire remarquer pour son intégration au sein de la horde. C’était en 1996. CANNIBAL CORPSE sortait d’un succès avec The Bleeding quand le dénommé George (qui se plait à être appelé « Corpsegrinder ») succéda à Papa Barnes. C’est bien évidement cet évènement qui sera décortiqué, analysé, disséqué et retourné dans tous les sens sur Vile. Le démarrage est pourtant très poussif. Fischer nous allume avec un hurlement d’effroi ma foi malvenu et trop tape-à-l’œil. CANNIBAL CORPSE chercheraient-ils à créer le buzz avec un nouveau frontman type « m’as-tu vu ? ». Pas sûr puisque ce dernier au fil des minutes se range (trop ?) sagement dans un répertoire très guttural et scolaire, parsemé de rares poussées plus limpides (« Perverse Suffering »). Les grattes semblent aussi avoir perdu un peu de jus malgré quelques tentative groovys (« Disfigured » ainsi que sur l’énorme « Monolith ») tout à fait appréciables. Hélas, si Rob Barrett avait coïncidé à l’arrivé de solos techniques sur l’opus précédent, son influence devient ici des moindres. En plus d’être mal exécutés, les quelques solis présents sont peu harmonieux et relèvent plus de l’improvisation (« Mummified In Barbed Wire ») que d’autre chose. Heureusement, les new-yorkais se rattrapent un peu de ce début foiré à partir de « Bloodlands » qui descend en flèche les cadences hyper soutenues pour offrir un morceau en mid-tempo rageur et transcendant. C’est d’ailleurs l’autre principal attrait de ce disque, celui d’être plus marqué, moins intensif et par conséquent peut-être plus accessible que les autres. Il s’inscrit quand même clairement dans une logique d’évolution enclenchée depuis The Bleeding. Une évolution qui déplaira sans doute fortement aux fans de la première heure, très déçus j’imagine de voir l’esprit « roots » s’éteindre à petit feu. Est-ce vraiment un hasard si cet enregistrement est le premier de Death Metal au monde à intégrer le Billboard Charts (#122) ? Il en découle forcement une notion de commercialisation, provoquée par un faible désintérêt de nos amis ricains pour la viande fraiche et encore fumante. Dans sa globalité, cet album marque quand même sérieusement le pas. Tout le fout pas le camp, oh non ! Regardez un peu l’effort de Paul Mazurkiewicz qui se démène comme un diable avec ses peaux pour nous offrir une superbe qualité sonore, aussi variée que professionnelle. Et écoutez aussi « Eaten From Inside ». N’entendez-vous pas l’esquisse d’une mélodie ? Ce sont des faits trop rares pour être soulignés, mais qui prouvent que le CANNIBAL CORPSE « old-school » fait peau neuve.
On attendait aussi beaucoup de la première de Corpsegrinder. J’avoue qu’elle passe un peu inaperçue, le sieur se contentant de faire le boulot sans trop s’affirmer si ce n’est par des frasques incohérentes qui ne plaident pas en sa faveur. Le contexte était difficile, ce changement de vocaliste enclencherait-il le début de la fin pour les américains ? Pas le moins du monde, nous sommes en 2009 et les cannibales sont plus que jamais sur le retour. Sur ce faux-pas, CANNIBAL CORPSE s’est tordu la cheville. Entorse des ligaments, fracture de la malléole. Et à part ça, quoi d’neuf docteur ?


Discographie Complète de CANNIBAL CORPSE : Eaten Back To Life (Album - 1990), Butchered At Birth (Album - 1991), Tomb Of The Mutilated (Album - 1992), The Bleeding (Album - 1994), Vile (Album - 1996), Gallery Of Suicide (Album - 1998), Bloodthirst (Album - 1999), Gore Obsessed (Album - 2002), The Wretched Spawn (Album - 2004), Kill (Album - 2006), Evisceration Plague (Album - 2009), Torture (Album - 2012)



Ajouté :  Lundi 02 Février 2009
Chroniqueur :  Stef.
Score :
Lien en relation:  Cannibal Corpse Website
Hits: 10861
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des CD Reviews ]


Transmis par Karguul actif 06 Sept 2010 @ 05:24
Mon score :

Ta chronique est beaucoup trop subjective et tu ne sembles pas avoir écouté l'album assez souvent et assez attentivement pour porter un jugement objectif, ce qui au final n'aide personne. Vile est plus technique que ses prédécesseurs et donc moins accessible, mais lorsque le déclic se fait après plusieurs écoutes, c'est jouissif. La production est profonde et gagne en clarté, ce qui rend le tout plus puissant. Sans oublier les vocaux imparables de Corpsegrinder, passant d'un guttural pur à des cris diaboliques et déchirants. Vraiment une perle.
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 19/1/2019 à 07:30:20 en : 0,168 secondes
| © Metal-Impact (2001-2016) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar